top of page

Vocation, mission et travaux du GIECO

Terre vue de l espace

Le GIECO a été fondé suite à la signature d'un manifeste par
+ de 1 000 scientifiques
et experts de 70 disciplines
et de 76 pays

Qu'est-ce que le GIECO, Groupe International d’Experts sur les Changements de comportement ?

Quelle est la mission scientifique & sociétale du GIECO ?

Quelles sont les grandes étapes du travail initié par le GIECO ?

Quelques news et retombées media

Article paru dans l'ADN

Découvrez l'article sur "le GIECO, une initiative pour nous aider à changer nos comportements face à l'urgence climatique"

Entete article ADN_221021.png

Breaking news

Le GIECO fait maintenant partie intégrante d'un travail porté par CSR Europe (The European Business Network for Corporate Sustainability and Responsibility). Ainsi, les membres du GIECO contribueront, d'abord, à l'élaboration d'un « position paper » pour transformer le Green Deal européen en Social Green Deal, en mettant le facteur humain au cœur des réflexions, des stratégies et de l’action publique européennes sur sa transformation industrielle vers une neutralité carbone, écologiquement viable et socialement équitable. Ensuite, il s'agira de participer à la prise en compte du FH dans l'élaboration d'un nouveau Social Green Deal, sur tous les acteurs, nos efforts, nos capacités différenciées à s’adapter et à contribuer aux efforts de transition.  

Conférences de Stéphane La Branche, coordonateur scientifique du GIECO

La question du Facteur Humain et le Groupe International d'Experts sur les Changements de Comportement qui travaille sur ce sujet sont ici présentés par le coordonnateur scientifique du GIECO, Stéphane La Branche (sociologue du climat), dans le cadre du partenariat noué avec l'Institut et l'Association négaWatt, à l'occasion de la 16e Université d'Automne de l'Association négaWatt (6 & 7 octobre 2023).

Conférence organisée par le collectif Oisans Project :

Comment bâtir un avenir désirable et durable alors même que le « climat n’est jamais le critère premier de changement de comportement » ? Coordonnateur scientifique du GIECO, Stéphane La Branche était invité, le 13 avril 2024 à Bourg d’Oisans, par le collectif Oisans Project. 

Ce collectif a pour objectif « d’être une force de proposition pour l’avenir pérenne d’un territoire » menacé à terme par la fin de l’abondance de neige et d’un modèle basé sur l’économie du ski.

L’objectif de la conférence était d’expliquer comment prendre en compte le facteur humain afin de faciliter une transition devenue inéluctable en raison du changement climatique.

Stéphane La Branche à Bourg d'Oisan

Après un rappel des données issues des travaux du GIEC, qui ne permettent plus de nier que le changement climatique en cours est aggravé par l'activité humaine, Stéphane La Branche a insisté sur le fait qu’il ne faut pas se préparer seulement aux moyennes mais aux extrêmes qu’il s’agisse de température ou de pluie.

Ayant présenté les grands mécanismes de fonctionnement du cerveau, qui crée des représentations sociales propres à chacun pour limiter ses efforts cognitifs, il a expliqué que le cerveau n'aime pas le changement et qu’il a besoin de sollicitations positives pour entamer un processus d’évolution qui ne pourra se faire que par étapes progressives.

 

Il a également mis en avant le fait que le catastrophisme de certains écologistes ne fait qu'activer la peur alors même que la « peur n’est pas un moteur de changement » et que, d'après les études, le « climat n’est jamais le critère premier de changement de comportement ».

 

Les clés d’une transition acceptable ? Parler moins de science, faire preuve de plus de pragmatisme. De l’innovation organisationnelle basée sur la transversalité des disciplines, qui doivent travailler ensemble. La mise en commun des expériences et contraintes des différentes parties : a priori contradictoires mais pouvant conduire in fine à des compromis satisfaisants pour tous. L’acceptation de l’échec propre à l’innovation. 

 

Il a enfin rappelé que les décisions ne sont pas toujours rationnelles et qu’il ne faut pas oublier les émotions propres au comportement humain. Il a insisté sur le fait qu’il est essentiel de faciliter la tâche des personnes les plus récalcitrantes au changement en leur proposant des outils opérationnels, pour les aider à surmonter les obstacles en attendant que les nouveaux comportements deviennent automatiques.

 

Un grand succès pour une conférence qui rappelle l’importance du collectif et la nécessité de prendre en compte le facteur humain, souvent oublié au profit de l’économie et des sciences dures.

Podcast avec Jacques Fradin, Président du GIECO

Ce  podcast réalisé par la Fabrique Spinoza s'intéresse de près aux sciences du cerveau et du comportement pour mieux comprendre le rôle de nos émotions dans nos comportements pro-environnementaux, pour saisir de façon très précise nos mécanismes de motivation et d’engagement, pour savoir comment contourner certains de nos biais cognitifs et enfin pour identifier les leviers à activer pour favoriser des changements de comportements durables.

Interview réalisé par Audrey Berté, coach et membre de la Fabrique Spinoza.

Pour en savoir + sur le GIECO

Pour plus d'informations sur le GIECO (IPBC en anglais), visitez le site www.ipbc.science 

qui peut être traduit en toutes autres langues grâce au bouton vert "Translate".

Soutenez le GIECO !

Abonnez-vous à notre newsletter :

bottom of page